Autres articles

Pourquoi j'ai choisi de quitter le conseil pour rejoindre une startup ?

Découvrez le témoignage de Rose qui a choisi de faire le grand saut en quittant le monde du conseil pour rejoindre une startup.

Pourquoi as-tu eu envie de quitter le conseil ?

Ce qui me dérangeait principalement, c'était le fait de ne pas être suffisamment impliquée dans les décisions de l'entreprise, couplé au manque de responsabilité. En général quand tu travailles dans le conseil, tu interviens ponctuellement, sur certains aspects d’un sujet seulement, pour le compte d’un client. C’est rare d’être impacté directement par ce que tu mets en place. Tu ne récoltes pas directement les fruits de ton travail. En Startup, quand tu mets en place des process, tu es impactée au jour le jour. Après le conseil, je cherchais principalement un poste en startup pour le côté très dynamique, la variété des tâches (tout le monde touche un peu à tout et on te demande ton avis sur plein de sujets différents).

Qu'est-ce qui a le plus changé pour toi par rapport au conseil ?


Le premier grand changement concerne les tâches au quotidien : je fais beaucoup plus d'opérationnel, sur le terrain.  Le deuxième concerne l’ambiance : on est vraiment tous dans le même bateau ! Il y a un esprit de "general interest first" qui fait que tout le monde s’entraide pour faire avancer la boite. C’est une ambiance carrément motivante. Même si je pense que cet esprit peut exister dans des grands groupes, et qu’il doit être possible de se sentir bien investi aussi, c’est plus fragrant dans une startup pour deux raisons :  

  • La petite taille de l’entreprise fait que ton avis sera normalement sollicité beaucoup plus souvent
  • L’horizon des projets est souvent plus court: il y a assez peu de projet très long terme, tout change très régulièrement. Tout ce que l'on fait va avoir un impact très rapidement.

Pour moi ce dynamisme vient bien sûr de la taille de l’entreprise mais aussi du marché, qui est hyper concurrentiel : il faut être en permanence « au taquet » !

Ne penses-tu pas aussi que ce sont les profils startups qui contribuent à l'ambiance ?

Oui un peu, mais je pense surtout qu'on est dans un environnement qui fait que ça te pousse forcement à être hyper réactif. Je pense que n'importe qui dans un tel environnement deviendrait réactif.

Vois-tu des mauvais côtés à bosser en startup ?

Je dirais le manque de direction. Comme tout est en cours de construction, les directions à prendre peuvent fluctuer. Il peut arriver que tu bosses sur un sujet qui finalement ne va plus être la priorité, et il faut être flexible car l’objectif change du jour au lendemain.  Ensuite, ce sont des métiers assez nouveaux. Si tu cherches une carrière toute tracée, comme nombreux grands groupes peuvent en proposer, c’est plus flou. C'est à la fois chouette car tu peux faire plein de choses et sortir des sentiers battus mais ça peut aussi être déstabilisant.

Que conseillerais-tu à quelqu’un qui n’ose pas sauter le pas ?

Je pense qu’avant de sauter le pas il est important de savoir de quoi on a besoin et envie. Si vous avez besoin d’un cadre, et préférez les projets longs termes par exemple, je pense qu’une start-up n’est pas forcément le bon choix. Par contre si vous pensez être facilement adaptable, créatif et dynamique, alors il faut passer le pas. Chaque expérience est différente, mais je suis très contente de la mienne.